Un début de saison compromis ?

Résumé de la 32e émission du DIRT Stevie Show Lucas Oil du 21 mai 2021.

(Les segments de l’émission au bas de la page)

Une émission hebdomadaire en direct qui était attendue puisque les courses sur les pistes du Québec devait reprendre sous peu. Pour l’occasion, deux invités de marque, le promoteur de la piste de l’autodrome Drummond Yan Bussière et Alexandre Voghel de l’équipe du ONE. Ils ont bien voulu répondre aux questions de l’animateur Steve Berthiaume. De plus, nos experts et spécialistes de la terre battue Martin Bélanger et Luc Lalancette faisaient partie de l’émission.

Une émission rendue possible, grâce à nos partenaires Lucas Oil, Total Race Supply, Artist in Residence et de Marc Gergely, assureur.
La personne mystère recherchée sur la photo de la semaine dernière, le pilote Pro-Stock Stéphane Larrivière.

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. À l’émission, on revient sur les annonces des deux provinces sur la situation sanitaire. Un vrai casse-tête pour les promoteurs de pistes qui doivent essayer de comprendre la logique des annonces évoquées alors que les faits sont autres choses. À la suite de l’annonce du premier ministre du Québec, l’autodrome Granby a décidé de présenter 2 événements de courses, soit le 28 et 29 mai. Toutefois, le promoteur Yan Bussière n’est pas convaincu que son événement du 5 juin, dans le cadre du 70e anniversaire de l’autodrome Drummond, aura lieu. Le hic c’est qu’on ne s’entend pas sur la façon de catégoriser les pistes de courses. Du travail de sensibilisation avec les hautes instances de la santé publique et politique se poursuit. Pour l’instant, chaque promoteur de piste travaille en solo avec leur représentant régional.

La situation n’est guère mieux chez nos voisins ontariens. La situation de la pandémie reste fragile et le plan de déconfinement du premier ministre Ford demeure prudent. On espère présenter des courses le 10 juillet. Le porte-parole du regroupement des pistes de l’Ontario, Mark Rinaldi, est appuyé par un avocat pour défendre leur cause. Yan y voit une belle opportunité pour les pistes du Québec de faire de même dans le futur.

Des discussions avec WRG et l’association DIRTcar, dont font partie les pistes sur terre battue, doivent avoir lieu puisque plusieurs sont en péril. Il espère que les amateurs reviendront en grand nombre pour le bien de nos autodromes.

Yan est passé par la gamme d’émotion d’enthousiasme à déçu. Faire des courses en 2021 est plus difficile que la saison dernière, même si la moitié de la population du Québec a reçu sa première dose de vaccination. 5 courses ont eu lieu la saison 2020. A titre d’exemple, pour pouvoir présenter des courses avec spectateurs, des zones de 250 personnes doivent être identifiées avec une entrée et une sortie. De plus, une toilette pour chacune des zones. Pas de déplacements aux concessions, seuls des employés attitrés pourront prendre les commandes dans les estrades. 2 gardiens de sécurité, par zone, pour s’assurer que les directives sanitaires sont appliquées. Il espère que d’ici l’automne, il pourra présenter son événement le Québec DIRT Weekend.

Que des prêts, pas de subvention et promoteur depuis 16 ans, Yan réalise que l’image des courses sur terre battue n’a pas évolué. Le mot Stockcar évoque encore bien des préjugés. L’appui de plusieurs paliers politiques qui ont de la difficulté à reconnaitre la visibilité apporte des impacts économiques pour  son complexe sportif.

Par ailleurs, l’événement de course de Drag à Saint-Élie n’a certainement pas aidé notre cause.

Une semaine déterminante pour nos promoteurs de piste au Québec cette semaine. À suivre!

Introduction:

Les annonces du Ministre Doug Ford

Le début de saison compris ?

0 0 votes
Article Rating
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x